Les règles douloureuses et la grossesse

Il est bien possible dans certaines situations que les règles surviennent en cas de grossesse. De nombreux cas de figure peuvent être notés à ce niveau.

Les saignements en début de grossesse

Entre 20 et 25% des femmes (source: https://bye-pain.fr ) sont concernées par ce phénomène du nom de métrorragies. Assez fréquentes au premier trimestre, les métrorragies sont parfois associées à la survenue d’une fausse couche. Toutefois, il ne s’agit pas toujours d’un arrêt de développement du fœtus puisque la moitié des grossesses avec saignements au premier trimestre évolue normalement.

Ce saignement peut provenir de l’implantation de l’œuf dans la muqueuse utérine sept jours avant la fécondation. Les saignements de nidation ne sont également pas semblables aux règles. Il s’agit essentiellement de traces rosées de couleur marron.

Ces saignements sont parfois accompagnés de :

  • légères douleurs comme les crampes menstruelles
  • des tiraillements
  • des douleurs au niveau des reins

Les manifestations sont bénignes et n’ont de ce fait aucune incidence sur la grossesse en cours.

Les saignements pendant la grossesse

Les saignements peuvent survenir rarement à la date prévue des règles pendant la grossesse. Ce phénomène désigné par « règles d’anniversaire » n’est pas accompagné d’évacuation de la muqueuse utérine. Les saignements sont moins abondants et durent peu longtemps que les menstruations. Ils peuvent résulter de lésions cervicales bénignes ou d’un décollement du placenta qui formera au passage un hématome.

Que faire en cas de saignements pendant la grossesse ?

Même s’ils restent rares et ont parfois des causes bien connues, les saignements au début comme en cours de grossesse doivent interroger. Dans la norme, la grossesse vient mettre fin aux règles douloureuses jusqu’à l’accouchement. Ainsi, il convient de consulter dans ces cas surtout si les saignements sont accompagnés de douleurs.

La consultation

Les saignements en début de grossesse doivent amener à consulter puisqu’ils peuvent être le signe d’une complication. Il peut s’agir d’une fausse-couche spontanée, d’une grossesse extra-utérine ou d’une grossesse molaire. Un examen clinique, une échographie ou encore un dosage sanguin de l’hormone béta-hCG peuvent être effectués afin de s’assurer de la bonne évolution de la grossesse.

Le déni de grossesse

Le déni de grossesse est un cas de figure assez rare, mais qu’il faudrait connaître pour mieux s’y préparer. Ce dernier est noté lorsque la femme enceinte n’a pas conscience de son état. Si la femme ignore qu’elle est enceinte et prend une pilule contraceptive, des règles artificielles ou hémorragies de privation peuvent être notées. Ces dernières sont dues à la chute d’hormone en fin de plaquette.

Elles se manifestent par des saignements peu abondants, mais réguliers, le tout ponctué de petites douleurs. En outre, des saignements génitaux fréquents en début de grossesse sont parfois considérés comme des règles alors qu’ils ne le sont pas en réalité.

A propos de l'auteur: Anne

Pharmacienne depuis toujours, je suis abonnée à de nombreux magazines santé. Je prends cependant beaucoup de recul pour ensuite écrire ces articles !

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *