Qui a inventé le vaccin contre la rage ?

Au début des années 1870, Pasteur avait déjà acquis une renommée et un respect considérables en France, et en 1873, il a été élu membre associé de l’Académie de médecine. Néanmoins, le corps médical est réticent à accepter sa théorie des germes, principalement parce qu’elle émane d’un chimiste. Cependant, au cours de la décennie suivante, Pasteur a développé le principe général de la vaccination et a contribué à la fondation de l’immunologie.

Les premières découvertes de Pasteur

La première découverte importante de Pasteur dans l’étude de la vaccination date de 1879 et concerne une maladie appelée choléra des poules. (Aujourd’hui, les bactéries à l’origine de cette maladie sont classées dans le genre Pasteurella). Pasteur a dit : « Le hasard ne favorise que les esprits préparés », et c’est grâce à une observation fortuite qu’il a découvert que les cultures de choléra de poulet perdaient leur pouvoir pathogène et conservaient des caractéristiques pathogènes « atténuées » au cours de nombreuses générations. Il inocule à des poulets la forme atténuée et démontre que les poulets sont résistants à la souche pleinement virulente. Dès lors, Pasteur orienta tous ses travaux expérimentaux vers le problème de l’immunisation et appliqua ce principe à de nombreuses autres maladies.

Pasteur commence à étudier la maladie du charbon en 1879. À cette époque, une épidémie d’anthrax en France et dans d’autres régions d’Europe avait tué un grand nombre de moutons, et la maladie s’attaquait également aux humains. Le médecin allemand Robert Koch annonce l’isolement du bacille de l’anthrax, ce que Pasteur confirme. Koch et Pasteur apportent indépendamment la preuve expérimentale définitive que le bacille de l’anthrax est bien responsable de l’infection. Cela a permis d’établir fermement la théorie des germes de la maladie, qui s’est ensuite imposée comme le concept fondamental de la microbiologie médicale.

L’invention du vaccin par Pasteur

Pasteur veut appliquer le principe de la vaccination à la maladie du charbon. Il prépare des cultures atténuées du bacille après avoir déterminé les conditions qui conduisent à la perte de virulence de l’organisme. Au printemps 1881, il obtient un soutien financier, principalement de la part des agriculteurs, pour mener une expérience publique de vaccination contre la fièvre charbonneuse à grande échelle. L’expérience a lieu à Pouilly-le-Fort, située dans la banlieue sud de Paris. Pasteur a vacciné 70 animaux de ferme, et l’expérience a été un succès total. La procédure de vaccination comprenait deux inoculations à 12 jours d’intervalle avec des vaccins de différentes puissances. Un premier vaccin, issu d’une culture peu virulente, était administré à la moitié des moutons et était suivi d’un second vaccin issu d’une culture plus virulente que le premier. Deux semaines après ces inoculations initiales, les moutons vaccinés et les moutons témoins ont été inoculés avec une souche virulente d’anthrax. En quelques jours, tous les moutons témoins sont morts, alors que tous les animaux vaccinés ont survécu. Cela a convaincu de nombreuses personnes que les travaux de Pasteur étaient effectivement valables.

Après le succès de l’expérience de vaccination contre l’anthrax, Pasteur s’est concentré sur les origines microbiennes des maladies. Ses recherches sur les animaux infectés par des microbes pathogènes et ses études sur les mécanismes microbiens à l’origine d’effets physiologiques nocifs chez les animaux ont fait de lui un pionnier dans le domaine de la pathologie infectieuse. On dit souvent que le chirurgien anglais Edward Jenner a découvert la vaccination et que Pasteur a inventé les vaccins. En effet, près de 90 ans après que Jenner ait lancé la vaccination contre la variole, Pasteur a mis au point un autre vaccin – le premier vaccin contre la rage. Il avait décidé de s’attaquer au problème de la rage en 1882, l’année de son admission à l’Académie française. La rage est une maladie redoutable et horrible qui a fasciné l’imagination populaire pendant des siècles en raison de son origine mystérieuse et de la peur qu’elle suscite. La vaincre serait le dernier effort de Pasteur.

Pasteur soupçonne que l’agent responsable de la rage est un microbe (on découvrira plus tard qu’il s’agit d’un virus, une entité non vivante). Le microbe était trop petit pour être vu dans le microscope de Pasteur, et l’expérimentation de la maladie nécessitait donc le développement de méthodologies entièrement nouvelles. Pasteur a choisi de mener ses expériences sur des lapins et a transmis l’agent infectieux d’un animal à l’autre par inoculations intracérébrales jusqu’à ce qu’il obtienne une préparation stable. Afin d’atténuer l’agent invisible, il a desséché la moelle épinière des animaux infectés jusqu’à ce que la préparation devienne presque non virulente. Il s’est rendu compte plus tard que, au lieu de créer une forme atténuée de l’agent, son traitement l’avait en fait neutralisé. (Pasteur a perçu l’effet neutralisant comme un effet meurtrier sur l’agent, car il soupçonnait que l’agent était un organisme vivant). Ainsi, plutôt sans le savoir, il avait produit, au lieu de micro-organismes vivants atténués, un agent neutralisé et ouvert la voie au développement d’une deuxième catégorie de vaccins, appelés vaccins inactivés.

Le 6 juillet 1885, Pasteur a vacciné Joseph Meister, un garçon de neuf ans qui avait été mordu par un chien enragé. Le vaccin est si efficace qu’il apporte immédiatement gloire et célébrité à Pasteur. Des centaines d’autres victimes de morsures dans le monde entier sont ensuite sauvées par le vaccin de Pasteur, et l’ère de la médecine préventive commence. Une campagne internationale de collecte de fonds est lancée pour construire l’Institut Pasteur à Paris, dont l’inauguration a lieu le 14 novembre 1888. Voici donc comment Pasteur est entré dans l’histoire comme inventeur du vaccin !

Les implications des travaux de Pasteur

Les implications théoriques et l’importance pratique des travaux de Pasteur sont immenses. Pasteur a dit un jour : « Il n’y a pas de science pure et de science appliquée ; il n’y a que la science et l’application de la science. » Ainsi, une fois qu’il a établi la base théorique d’un processus donné, il a étudié les moyens de développer davantage les applications industrielles. (En conséquence, il a déposé un certain nombre de brevets).

Cependant, Pasteur n’a pas eu le temps d’explorer tous les aspects pratiques de ses nombreuses théories. L’une des implications théoriques les plus importantes de ses recherches ultérieures, qui a émergé de sa procédure d’atténuation pour les vaccins, est le concept selon lequel la virulence n’est pas un attribut constant mais une propriété variable – une propriété qui peut être perdue puis retrouvée. La virulence peut être diminuée, mais Pasteur soupçonne qu’elle peut également être augmentée.

Pasteur a été le premier à reconnaître la variabilité de la virulence. Aujourd’hui, ce concept reste pertinent pour l’étude des maladies infectieuses, notamment pour comprendre l’émergence de maladies telles que l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA).

Après le 70e anniversaire de Pasteur, célébré par une grande mais solennelle fête à la Sorbonne à laquelle assistent plusieurs scientifiques éminents, dont le chirurgien britannique Joseph Lister, la santé de Pasteur continue de se détériorer. Sa paralysie s’aggrave, et il meurt le 28 septembre 1895. Il est enterré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, mais ses restes sont transférés dans une crypte néo-byzantine à l’Institut Pasteur en 1896.

Au cours de sa carrière, Pasteur a abordé de nombreux problèmes, mais une simple description de ses réalisations ne rend pas justice à l’intensité et à la plénitude de sa vie. Il n’a jamais accepté la défaite et a toujours essayé de convaincre les sceptiques, même si son impatience et son intolérance étaient notoires lorsqu’il croyait que la vérité était de son côté. Tout au long de sa vie, il a été un observateur extrêmement efficace et a facilement intégré des observations pertinentes dans des schémas conceptuels.

A propos de l'auteur: Anne

Pharmacienne depuis toujours, je suis abonnée à de nombreux magazines santé. Je prends cependant beaucoup de recul pour ensuite écrire ces articles !

Tu pourrais aimer